dilluns, 14 de març de 2016

Paul Éluard (6)

RENÉ MAGRITTE

Marches de l'oeil
À travers les barreaux des formes

Un escalier perpétuel
Le repos qui n'existe pas
Une des marches est cachée par un nuage
Un autre par un grand couteau
Une autre par un arbre qui se déroule
Comme un tapis
Sans gestes

Toutes les marches sont cachées

On a semé les feuilles vertes
Champs immenses forêts déduites
Au coucher des rampes de plomb
Au niveau des clairières
Dans le lait léger du matin

Le sable abreuve de rayons
Les silhouttes des miroirs
Leurs épaules pâles et froides
Leurs sourires décoratifs

L'arbre est teinté de fruits invulnérables.

                                       Paul Éluard

RENÉ MAGRITTE

Marxes de la mirada
A través dels barrots de les formes

Una escala perpètua
El repòs que no existeix
Una de les marxes l'amaga un núvol
Una altra un ganivetàs
Una altra un arbre que es desenrotlla
Com un tapís
Sense gestos

Totes les marxes estan amagades

S'han sembrat fulles verdes
Camps immensos boscos deduïts
A les ajagudes de les rampes de plom
Al nivell de les clarianes
Dins la llet lleugera del matí

L'arena abeura llambreigs
Les siluetes dels miralls
Llurs espatlles pàl·lides i fredes
Llurs somriures decoratius

L'arbre està tenyit de fruits invulnerables.

                                              P.E.
                                (Versió catalana: BRG)


René Magritte (Modern, 1923)



Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada