dijous, 2 de febrer de 2017

Philippe Jaccottet (36)

PORTOVENERE

La mer est de nouveau obscure.
Tu comprends,
c'est la dernière nuit.
Mais qui vais-je appelant?
Hors l'écho, je ne parle à personne, à personne.
Où s'écroulent les rocs, la mer est noire, et tonne
dans sa cloche de pluie.
Une chauve-souris
cogne aux barreaux de l'air d'un vol comme surpris,
tous ces jours sont perdus, déchirés par ses ailes
noires, la majesté de ces eaux trop fidèles
me laisse froid, puisque je ne parle toujours
ni à toi, ni à rien.
Qu'ils sombrent, ces « beaux jours »!
Je pars, je continue à vieillir, peu m'importe,
sur qui s'en va la mer saura claquer la porte.
                                             Philippe Jaccottet
PORTOVENERE
La mar de nou és obscura.
Comprens
que és l'última nit.
Però a qui estic cridant?
Fora de l'eco, no parlo amb ningú, amb ningú.
On s'esfondren les roques, la mar és negra, i trona
dins la seva campana de pluja.
Una rata-pinyada
colpeja els barrots de l'aire amb un vol com a sorprès,
tots aquests dies s'han perdut, esquinçats per les seves ales
negres, la majestat d'aquestes aigües massa fidels
em deixa fred, ja que no sempre et parlo
a tu, ni a res.
Com sotsobren aquests "bells dies"!
Marxo, continuo envellint, poc m'importa,
sobre qui se'n va la mar sabrà donar un cop de porta.
                                                        Ph.J.
                                       (Versió catalana : BRG)
Resultat d'imatges de portovenere
Portovenere
Fotografia: liguria.guide

Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada