dijous, 16 de febrer de 2017

Philippe Jaccottet (39)

NOTES POUR LE PETIT JOUR

Des femmes crient dans la poussière.
Car chanter, comment chanterait-on sous ces pierres friables?
La ville avec ses bruits, ses grottes, sa clarté, n'est qu'un des noms pour ces grands empires de sable dont le dernier commerce est d'ombre et de lumière.
Mais toujours, sur ces gouffres d'eau, luit l'éphémère...
Et c'est la chose que je voudrais maintenant
pouvoir dire, comme si, malgré les apparences,
il m'importait qu'elle fût dite, négligeant
toute beauté et toute gloire : qui avance
dans la poussière n'a que son souffle pour tout bien,
pour toute force qu'un langage peu certain.
Toiles, bois, pierres humides, pays poursuivi par l'eau, comme la femme nocturne, la beauté pluvieuse et chaude.
Forêt marine à l'aurore, touffue et trempée de vent, j'entre et je suffoque en toi.
Paresseuse comme l'huile, mais l'huile devient lueur, brûle, murmure, jubile dans la veilleuse en sueur.
Où serez-vous quand agira la mo
lune aussi belle qu'un soleil
qui rouliez vers le bois marin,
oiseaux levés tous ensemble,
beaux ouvriers de l'aurore?
Et toi, où seras-tu qu'ils éveillaient à peine,
à nulle chose de ce monde comparable'
sinon précisément à cette clarté grandissante,
où seras-tu, petit jour?
Pas seulement alors, mais déjà maintenant vous n'êtes plus que cette voix trop faible, que ces paroles toujours vagues.
O l'étincelant amour !
Il n'est bientôt plus que l'appel
que se lancent les séparés.
(Ainsi toute réalité
dans le cœur où la mort s'affaire
devient cri, murmure ou larme.)
Alouette, étoile en plein jour, avant qu'il ne soit trop tard, avant que j'en aie fini avec ces choses très claires, puissiez-vous me conduire encore jusqu'au seuil d'une telle
nuit.
                                                  Philippe Jaccottet

NOTES PER A TRENC D'ALBA
Dones que criden dins la polseguera.
Ja que cantar, com es cantaria sota aquestes pedres friables?
La ciutat amb els seus brogits, les seves balmes, la seva claredat, no és més que un dels noms per a aquests grans imperis d'arena, el darrer comerç dels quals és de llum i de fosca. 
Però sempre, sobre aquests avencs d'aigua, hi lluu l'efímer...
I és la cosa que jo voldria ara
de poder dir, com si, malgrat les aparences,
m'hagués importat que fos dita, negligent
tota bellesa i tota glòria : qui avança
dins la polseguera no té més que el seu bufec com a tot bé,
com a tota força amb un lenguatge poc cert.
Teles, fustes, pedres humides, país perseguit per l'aigua, com la dona nocturna, la bellesa plujosa i calenta.
Boscada marina a l'aurora, atapeïda i amarada de vent, hi entro i en tu em sufoco.
Peresosa com l'oli, però l'oli esdevé lluor, abrusa, murmura, jubilat en la vellesa suadora.
On seràs quan actuï el modus operandi
de la lluna tan bella com un sol
traginer cap al bosc marí,
ocells enlairats tots ensems,
bells obrers de l'aurora?
I tu, on seràs tu, a qui a penes despertaven,
a cap cosa d'aquest món camparable, 
si no és precisament a aquesta claredat creixent,
on seràs tu, trenc d'alba?
No tan sols llavors, sinó ja ara tu només ets aquesta veu massa feble,
aquestes paraules sempre vagues.
Oh el resplendent amor!
De seguida no és més que la crida
que es llencen els separats.
(Per això tota realitat,
al cor on la mort s'hi afanya,
n'esdevé crit, murmuri o llàgrima.)
Terrerola, estrella en ple dia, abans que no sigui massa tard, abans no hagi acabat amb aquestes coses molt clares, puguessis tu dur-me encara fins al llindar d'una semblant nit.
                                                                 Ph.J.
                                           (Versió catalana : BRG)
Resultat d'imatges de terrerola
Terrerola vulgar
Fotografia : SIOC (Servidor d'informació ornitològica de Catalunya)



Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada