diumenge, 8 de novembre de 2015

Jean Orizet (1)



AU MATIN DE LA GENÈSE

Au matin de la genèse, il était là ;
pas encore tout à fait un homme ;
une vapeur, un nuage peut-être,
mais il était là.

Au soir de la Genèse, il était là ;
mais n'était déjà plus un homme ;
un rêve fou, une pensée trop ambitieuse peut-être,
mais il était là.

Au lendemain de la Genèse, il était là,
mais il n'était plus seul : tout autour
des forêts lui masquaient la terre,
et l'Homme avait appris à marcher.

                                                        Jean Orizet

EL MATÍ DE LA GÈNESI

El matí de la Gènesi, ell hi era ;
no pas encara del tot fet un home ;
un vapor, un núvol tal vegada,
però hi era.

El vespre de la Gènesi, ell hi era ;
però ja no era sols un home ;
un somni boig, una pensada massa ambiciosa tal vegada,
però hi era.

L'endemà de la Gènesi, ell hi era,
però no hi era pas sol : tot al voltant
boscos li disfressaven la terra
i l'Home havia après a caminar.

                                                      J.O.
                                                      (Versió catalana: BRG)


a full-scale model of Lucy
Fotografia: PhysOrg.com

Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada