dijous, 22 de gener de 2015

Claudine Bertrand (5)

LE CORPS EN TÊTE
Un peu de nuit s’attarde à nos pieds
comme un reste de nos paroles.
Le corps est une signature enfantine
depuis longtemps oubliée.
Quelqu’un piétine le givre craquant
des lettres.
***
Quelqu’un tire un rideau et voilà
qu’apparaît la fêlure du monde.
C’est un cheveu sur l’œil.
C’est une lézarde au milieu de la langue.
Un vieux foyer bordé de dents.
***
L’ombre du ciel se frotte contre toi.
Tu es le contre jour qui passe
à côté du présent.
Elle rassemble ses doigts. Elle en fait un bouquet. Elle four-
re cela d’un coup dans ta bouche. Elle veut que tu suces le goût du temps.
***
Peut-on offrir toute la profondeur
d’un coup de surface? Il y a des seins
dans le toucher, des cœurs dans la pulpe.
Celui qui aime n’a qu’un désir :
violer les règles du je.
***
Quand la respiration devient la langue
du silence, je souffle un peu plus fort.
Tu ne vois peut-être que ma buée.
Tu lèches ma pensée en l’air.
***
Elle accueille de toute sa peau
des signes que son corps déchiffre
en dessous. Les grands mots du désir
coulent dans l’invisible. Elle écoute
cette longue phrase pénétrante.
***
Le poème est une aventure à
mener pour lui.
Son mouvement absorbe celui
de la vie. Il rend sensible
la peau du silence.
***
Comme dans un tableau, les personnages
sont des couleurs,
donc de la matière vivante.
Leur sexe n’est pas sexuel,
il est l’ombre de la chair.
***
Le réel se rêve dans l’écriture,
c’est ainsi que le sang se réalise
dans la main.
Plus tard, on ne sait où est l’entrée
du miroir, ni de quel côté l’image,
de quel côté le corps.
***
Tes yeux ont touché ma figure.
Peut-être n’étais-je que leur projection,
peut-être les avais-je créés afin
d’être vue telle que je le veux.
Ainsi soit-il, dit le lecteur qui, toujours,
dit la vérité.
Regarder vers le passé est une manière
de creuser dans la direction de la source,
mais aucune âme n’a de lèvre pour
faire venir l’eau. Il ne nous reste
par conséquent qu’à faire venir les larmes.
Elles seules donnent un fond au visage et
dissipent l’illusion.
L’Atelier des Brisants
                                                    Claudine Bertrand

EL COS AL CAPDAVANT
Una mica de nit s'entreté als nostres peus
com una romanalla de les nostres paraules.
El cos és una signatura infantil
després de molt de temps oblidada.

Algú pica de peus al gebre cruixint
lletres.

***

Algú estén una cortina i heus aquí
que apareix l'esquerda del món.
És un cabell sobre l'ull.

És una fesa enmig de la llengua.
Un vell fogall vorejat de dents.

***

L'ombra del cel et frega.
Ets la besllum que passa
pel costat del present.

Aplega els seus dits. En fa una tofa. L'entatxona
d'un cop a la teva boca. Vol que xuclis el gust del temps.

***

Es pot oferir tota la fondària
amb un cop superficial? Hi ha sines
en el tocar, cors a la polpa.

Qui estima sols té un desig:
violar les regles del jo.

***

Quan la respiració esdevé la llengua
del silenci, jo bufo una mica més fort.
Tu tal vegada sols veus el meu baf.

Llepes el meu pensament a l'aire.

***

Ella acull arreu de la seva pell
senyals que el seu cos desxifra
part dessota. Els grans mots del desig
s'escorren en l'invisible. Ella escolta
aquesta llarga frase penetrant.

***

El poema és una aventura
que a ell el condueix.

El seu moviment absorbeix el
de la vida. Torna
sensible la pell del silenci.

***

Com en un quadre, els personatges
són colors,
per tant matèria viva.

El seu sexe no és sexual,
és l'ombra de la carn.

***

El real se  somia a l'escriptura,
és així com la sang es realitza
a la mà.

Més tard, no se sap on és l'entrada
del mirall, ni de quin costat la imatge,
de quin costat el cos.

***

Els teus ulls han tocat la meva figura.
Tal vegada jo sols n'era la seva projecció,
tal vegada jo els havia creat a fi
de ser mirada tal com ho vull.

És així, diu el lector, qui, sempre,
diu la veritat.

***
Mirar cap al passat és una manera
d'aprofundir en la direcció de la font,
però cap ànima no té llavi per
a fer-hi venir l'aigua. No ens queda
com a conseqüència més que fer-hi venir llàgrimes.

Sols elles  li donen un fons al semblant i
dissipen la il·lusió.

L'Obrador dels Rompents

                                                             C.B.
                                                             (Versió  catalana: BRG)

Claudine Bertrand

Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada