dissabte, 31 de gener de 2015

Fernando Arrabal (1)

Méditation au bord de l'eau

                                                                                Pour Chan Ky Yut



Le noyé danse au fil des eaux

Sous le saule qui le caresse.

L'homme passe entre les roseaux

Et semble en proie à la paresse.



Il ne peut plus voir le nuage

Qui dessine des barbes blanches

Il n'est plus qu'un corps qui surnage

Ou qui dérive entre les branches.



La forêt se devine au loin

Sous une gaze de lumière.

Il ne sera bientôt qu'un point

Qui disparaît dans la poussière.



La roche surplombe la rive

Et l'herbe croît le long des berges.

On n 'entend plus la voix naïve

Des oiseaux dans les hauteurs vierges.





Le vent s'est tu et se souvient

De tant de cortèges funèbres.

Mais l'homme est seul et rien ne vient

L'accompagner dans les ténèbres.



Le silence pèse sur l'eau.

Le temps trône sur sa balance.

Il n'est pas de meilleur tombeau

Que celui où l'on flotte et danse.



Que d'Ophélies s'en sont allées

Lovées dedans leurs tresses blondes !

Mais l'homme ignorait les allées

Qui mènent au meilleur des mondes.



Il est parti sans faire cygne

Dans le paysage serein.

On ne sait ce que la mort signe

Dans ce tableau au bord du rien.

                                            Fernando Arrabal


Meditació a la vora de l'aigua

                                                                       Per a Chan Ki Yut



L'ofegat balla al pic de les aigües

Sota el salze que l'acarona.

L'home passa entre els canyissos

I sembla emproat a la peresa.


No pot veure més el núvol

Que dibuixa barbes blanques.

Sols és un cos que sura

O que deriva entre les branques.


El bosc s'endevina al lluny

Sota una gasa de llum.

Aviat sols serà un punt

Que desapareix dins la pols.


La roca domina la riba

I l'herba neix  al llarg dels marges.

No se sent més la veu càndida

Dels ocells a les altures verges.


El vent ets tu i se'n recorda

De tants de fúnebres acompanyaments.

Però l'home és sol i res no ve

A acompanyar-lo a les tenebres.


El silenci pesa sobre l'aigua.

El temps es dóna to a la seva balança.

No hi ha millor tomba

Que aquella on hom balla i dansa.


Quantes Ofèlies se n'han anat

Cargolant-se dins les trenes rosses!

Però l'home ignorava les onades

Que duen al millor dels móns.


Se n'ha anat sense fer de cigne

En el paisatge serè.

No se sap el que la mort  firma

En aquesta pissarra a la vora del no res.

                                                                F.A.
                                                                (Versió catalana: BRG)






Fernando Arrabal
(Fotografia: newperformancestheatreblogspot.com.es)




Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada