diumenge, 22 de gener de 2017

Philippe Jaccottet (27)

PAROLES DANS L'AIR

L'air si clair dit : «
Je fus un temps votre maison,
puis viendront d'autres voyageurs à votre place,
et vous qui aimiez tant ce séjour, où irez-
vous?
Je vois bien de la poussière sur la terre,
mais vous me regardiez, et vos yeux paraissaient
ne pas m'ètre inconnus; mais vous chantiez parfois,
est-ce donc tout?
Vous parliez même à demi-voix
à quelqu'un qui était souvent ensommeillé,
vous lui disiez que la lumière de la terre
était trop pure pour ne pas avoir un sens
qui échappât de quelque manière à la mort,
vous vous imaginiez avancer dans ce sens,
et cependant je ne vous entends plus : qu'avez-
vous fait?
Que va penser surtout votre compagne? »
*
Elle répond à' travers ses heureuses larmes :
«
Il s'est changé en cette ombre qui lui plaisait. »
                                           Philippe Jaccottet

PARAULES A L'AIRE
L'aire tan clar diu:
"Un temps vaig ser la vostra casa,
després vindran altres viatgers en lloc vostre,
i vosaltres que estimeu tant aquest sojorn, on
anireu?
Bé hi veig la pols dalt la terra,
però vosaltres m'hi miràveu, i els vostres ulls pareixia
que no m'eren desconeguts; però a vegades cantàveu,
va ser això tot, doncs?
Fins li parlàveu a mitja veu
a algú que sovint era endormiscat,
li dèieu que la llum de la terra
era massa pura per a no tenir un sentit
que s'escapava d'alguna manera de la mort,
us imaginàveu d'avançar en aquest sentit,
al mateix temps que jo no us entenia gens: què vàreu
fer?
Què va pensar sobretot la vostra companya?
*
Ella respon a través de les seves afortunades llàgrimes:
"S'ha tornat aquesta ombra que li agradava."
                                                    Ph.J.
                                  (Versió catalana : BRG)
Fotografia : Diane Arbus (Una família a la seva gespa un diumenge a Westchester, Nova York, 1968)

Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada