diumenge, 22 de gener de 2017

Philippe Jaccottet (28)

OISEAUX, FLEURS ET FRUITS

Une paille très haut dans l'aube
ce léger souffle à ras de terre :
qu'est-ce qui passe ainsi d'un corps à l'autre?
Une source échappée au bercail des montagnes,
un tison?
On n'entend pas d'oiseaux parmi ces pierres seulement, très loin, des marteaux
Toute fleur n'est que de la
Huit qui feint de s'être rapprochée
Mais là d'où son parfum s'élève je ne puis espérer entrer c'est pourquoi tant il me trouble et me fait si longtemps veiller devant cette porte fermée
Toute couleur, toute vie naît d'où le regard s'arrête
Ce monde n'est que la crête d'un invisible incendie
Je marche
dans un jardin de braises fraîches
sous leur abri de feuilles
un charbon ardent sur la bouche
Ce qui brûle en déchirant l'air rose ou par brusque arrachement ou par constant éioignement
En grandissant la nuit
la montagne sur ses deux pentes
nourrit deux sources de pleurs
Tout à la fin de la nuit quand ce souffle s'est élevé une bougie d'abord a défailli
Avant les premiers oiseaux
qui peut encore veiller?
Le vent le sait, qui traverse les fleuves
Cette flamme, ou larme inversée : une obole pour le passeur
Une aigrette rose à l'horizon un parcours de feu
et dans l'assemblée des chênes la huppe étouffant son nom
Feux avides, voix cachées courses et soupirs
L'œil :
une source qui abonde
Mais d'où venue?
De plus loin que le plus loin
de plus bas que le plus bas
Je crois que j'ai bu l'autre monde
Qu'est-ce que le regard?
Un dard plus aigu que la langue la course d'un excès à l'autre du plus profond au plus lointain du plus sombre au plus pur
un rapace
Ah! l'idylle encore une fois qui remonte du fond des prés avec ses bergers naïfs
pour rien qu'une coupe embuée où la bouche ne peut pas boire pour rien qu'une grappe fraîche brillant plus haut que
Vénus !
Je ne veux plus me poser voler a la vitesse du temps
croire ainsi un instant mon attente immobile
                                                     Philippe Jaccottet

OCELLS, FLORS I FRUITS
Una palla molt alta a l'alba,
aquest lleuger hàlit arran de terra:
què hi passa així d'un cos a l'altre?
Un riu escapat de la cleda de les muntanyes,
un tió?
No se senten tan sols ocells entre aquestes pedres, molt lluny, martells
Totes les flors només són
Vuit que fingeix d'acostar-se 
Però allí on el seu perfum s'alça no puc esperar d'entrar-hi és per això que em pertorba tant i em fa vetllar durant tanta estona davant d'aquesta porta tancada
Tots els colors, totes les vides neixen d'on la mirada s'atura
Aquestg món no és altre que la cresta d'un invisible incendi
Camino
Per un jardí de brases fresques
sota el seu abrigall de fulles
un carbó ardent a la boca
El que crema rebentant l'aire rosa o per brusc arrencament o per constant allunyament
Engrandint la nit
la muntanya sobre les seves dues pendents
nodreix dos rius de plors
Al capdavall de la nit quan aquest hàlit s'ha alçat una espelma de primer antuvi ha defallit
Abans dels primers ocells
qui pot encara vetllar?
El vent ho sap, que travessa els rius
aquesta flama, o llàgrima invertida: un òbol per al passant
un plomall rosa a l'horitzó un recorregut de foc
i a l'assemblea dels roures la puput ofegant el seu nom
Focs àvids, veus amagades corregudes i sospirs
L'ull:
una font abundant
Però vinguda d'on?
De més lluny que el més lluny
de més avall que el més avall
Crec que m'he begut l'altre món
Què és la mirada?
Un dard més agut que la llengua la cursa d'un excés a l'altre del més pregó al més llunyà del més ombrívol al més pur
un rapaç
Ah! l'idili encara una vegada que puja des del fons dels prats amb els seus pastors ingenus
per a res altre que una copa entelada on la boca no hi pot beure per a  res altre que raïm fresc brillant més alt que
Venus!
Ja no vull posar-me a volar més a la velocitat del temps
creure així un instant la meva immòbil espera
                                                                 Ph.J.
                                             (Versió catalana: BRG)
Resultat d'imatges de pieter brueghel
Pieter Brueghel "el Jove" (El Paradís Terrenal, 1620)

Cap comentari:

Publica un comentari a l'entrada